Accueil > ACTIVITES > Discours et éloges > Discours > De l’expertise considérée comme l’une des nobles activités de l’Architecture

De l’expertise considérée comme l’une des nobles activités de l’Architecture

Charles Rambert, le 11 janvier 1979

RESUME

L’Expert, toujours craint, généralement respecté, souvent flatté par les parties, fait figure de rouage indispensable dans la société. EXPERT vient du latin EXPERTUS dont la traduction exacte est “qui a éprouvé”.

Le mot est passé rapidement dans la langue française en s’arrêtant en chemin/où il signifiait : “habile”.

Mais, si le traducteur se trompe d’une ligne dans le dictionnaire, il trouvera le mot EXPERS qui veut dire : “dépourvu de”, ce qui signifie tout le contraire. Par contre, on appréciera l’expression de SUETONE “EXPERTISSIMTJS”.Quant à la langue anglaise, elle utilise le mot “CONNOISSEUR”.

En français, mis à part MONTAIGNE, il faut attendre le XIXe siècle avec CHATEAUBRIANT, Alfred de MUSSET, Guy de MAUPASSANT, Edmond ROSTAND.

Il y a davantage d’architectes qui font de l’expertise que par le passé pour deux raisons : la crise économique d’une part et le nombre croissant de sinistres, d’autre part, d’où la nécessité pour la Justice de disposer de bons techniciens.

Déjà, au XVIIe siècle, on se plaignait de la mauvaise construction et COLBERT fils imagina en 1690 la création d’un corps d’experts. On remarque d’ailleurs que l’architecte Antoine DESGODETS s’était attiré les grâces de la Cour en publiant “les Loix des bâtimens suivant la coutume de Paris” avec annotations d’un certain GOUPI, architecte expert.

Il faut dire que les textes faisaient alors défaut et on ne peut qu’approuver les interventions efficaces du chirurgien SAVOT,de BLONDEL et de BULLETdont on connaît les célèbres arcs de triomphe des grands boulevards parisiens.

L’Expert architecte le plus célèbre de ces dernières années fut Jacques ROBINE,Membre de l’Académie d’Architecture. Ceci prouve 1’ intérêt de cette matière dans l’enseignement de l’Architecture que l’on trouve actuellement dans certaines écoles d’Architecture, en 3e cycle.

Noble est cette activité complémentaire Julien GUADET ne l’a t’il pas déjà dit ? Mais la conclusion est terrible : l’Expert n’a pas le droit de se tromper.

Faut il considérer l’expertise comme l’un des Beaux Arts ? Ce qui est certain, c’est que la Justice et l’Architecture sont deux sœurs qui haïssent le mensonge et le mal faire.

Charles RAMBERT.